Développement vert

Reverdissement des terres salines et alcalines dans l'estuaire de la rivière Xiaoqinghe, un modèle de restauration écologique de zones humides côtières

Située à Shouguang, dans la province du Shandong (est de la Chine), la zone humide de l'estuaire de la rivière Xiaoqinghe, des terres salines et alcalines autrefois, a revedi et déborde de vitalité aujourd'hui.

« Le taux de survie des semis peut atteindre 98%, même 100% pour des espèces d'arbres précieux comme le tamarix », a déclaré un responsable du projet.


Le projet de restauration écologique de la zone humide dans l'estuaire de la rivière Xiaoqinghe est l'un des travaux importants de restauration écologique côtière de la mer de Bohai. Ce projet a pour objectif de réduire la teneur en sel de cette zone humide saline et alcaline d'une superficie de plus de 13,3 kilomètres carrés et d'une teneur moyenne en sel de 14‰, puis de la reboiser. Une fois le projet achevé, plus de 40 millions de différents végétaux y seront plantés.

Après avoir étudié les données hydrologiques de la région et appris de manière approfondie les expériences avancées chinoises et étrangères sur l'aménagement des terres salines et alcalines, l'équipe de CCCC a proposé de créer des fossés aveugles pour le drainage alcalin, de dissoudre le sel dans le sol par arrosage en inondation avec de l'eau douce, et d'évacuer l'eau jetée par des tuyaux de drainage verticaux vers le système d'eau des zones humides et finalement dans la mer de Bohai. Grâce à ces mesures, la teneur en sel du sol de la couche de plantation est passée de 14 ‰ à 8 ‰, et les fossés aveugles de 1,5 mètre de profondeur a pu efficacement empêcher le retour du sel causé par la montée des eaux souterraines. Pour améliorer constamment les processus, l'équipe a non seulement posé des géotextiles et des couches filtrantes de gravier dans les fossés aveugles pour prévenir l'érosion du sol, mais a aussi changé de terre nouvelle pour les trous d'arbres afin d'assurer un bon développement initial des jeunes semis.


Afin d'améliorer le taux de survie de la végétation, l'équipe a échantillonné et testé le sol et l'eau de différents endroits de la zone humide et a proposé des solutions adaptées à leurs conditions réelles. Les mesures comprennent d'une part, l'utilisation des engrais organiques spécialement produits pour le projet afin d'augmenter l'humus du sol, d'améliorer sa performance de résistance et de réduire son pH (acidité et alcalinité) ; d'autre part, la sélection des semis à taux de survie élevé et leur plantation à titre d'essai de manière répétitive en fonction de leurs caractéristiques, enfin l'invitation de jardiniers chevronnés à guider la plantation sur place.